Nous voilà un groupe de 15 personnes sur le chemin des vacances de Toussaint en direction du Pays de Fayence pour nous adonner à notre passe-temps favori la randonnée pédestre.

Se ressourcer dans les Bois

La promesse est là, un territoire boisé à 73%, des sentiers balisés et labellisés PR, des chênes centenaires et un sous-bois composé de rares espèces.

Première étape, la découverte du bois du défens qui s’étend de Callian à Montauroux. Quelle merveille de se promener le long de la Siagne, de plonger le regard dans ses eaux vertes et limpides ! En 2h30 de temps, nous avons traversé un vallon boisé, un vieux moulin en ruine et clou de la matinée, le Pont des Tuves tout en pierre datant de 1802 et sa petite cascade.
Un endroit idyllique, calme et serein.
Attention ce site est classé “Natura 2000” donc très sensible, il mérite une attention particulière.

Pont des Tuves

Pont des Tuves

Un lieu de prédilection pour les amoureux de la faune

Après une nuit bercée des sensations de bien-être de la veille, nous nous sommes séparés en 2 groupes “Les amateurs d’oiseaux” et “Les férus de culture sylvicole”.
Lieu de prédilection pour nos “amateurs d’oiseaux” le biotope de Fondurane situé au fond d’un bras du Lac de Saint-Cassien. Après quelques minutes de marche sur la piste DFCI G30, nous avons trouvé l’observatoire ornithologique et profité d’un spot tranquille pour observer de nombreuses espèces d’oiseaux, parmi les plus menacées de France : Canard colvert, Blongios nain, Bihoreau gris, Héron pourpré, Chevalier guignette, Busard des roseaux.
Quelle chance de pouvoir les épier sans les perturber !

Autre belle surprise, le chêne Quercus crenata, un hybride du chêne-liège et du chêne chevelu très rare et découvert grâce au Lac de Saint-Cassien.
La plus belle forêt française de faux chênes. De quoi rendre jaloux nos camarades partis à Saint-Paul-en-Forêt.

Héron à Fondurane

Héron à Fondurane

Des bois offrant une variété d’essences

Dans cette antique forêt d’ubac, dont le charme occupe les vallons, le chêne pubescent le bas des pentes, nous voilà “Les férus de culture sylvicole” au cœur de la forêt royale de Saint-Paul-en-Forêt. Ce bois exploité dès le XVI° par la Marine Royale pour son bois de charpente nous émerveille de son sous-bois à myrtes et lentisques. Une profusion de couleurs nous entoure de nuances dans les verts, les bruns, les oranges, les rouges.
Une vraie chromathérapie !
Plusieurs familles de chênes dont le chêne pubescent et le chêne liège sont présents.

Forêt Royale de Saint-Paul-en-Forêt

Forêt Royale de Saint-Paul-en-Forêt