Campaniles et curiosités


Le Var est le département qui compte le plus de campaniles. La moitié disposée sur des églises et l’autre sur des monuments civils ou sur des tours dédiées. La plupart des campaniles varois sont du XVIIIe siècle, mais on en construit encore de nos jours.

Ce sont tous de magnifiques ouvrages d’art.

Callian

Le petit cochon de Callian

Le petit cochon de Callian1Le petit cochon :

C’est une petite curiosité bien cachée au creux de la Tour de l’Horloge, sculptée dans la pierre et dont la maxime est : « O toi qui viens de loin, si tu frottes mon groin, à coup sûr, très grand bien à jamais sera tien ! »

2Le cimetière de Callian :

Ici reposent Christian Dior, Nadia Léger (Veuve de Fernand) et Sœur Emmanuelle.

Bagnols-en-Forêtcampanile

1Le Campanile tout en arabesques de l’église St-antonin de 1717, contient une cloche fondue par Joseph Rosina en 1811. Il est entouré d’une jolie balustrade de ferronnerie.

Fayence

Campanile de Fayence1Campanile :

Couronne la Tour de l’Horloge. L’embase est cylindrique et présente des ornements en formes de volutes.

2Les Mascarons :

Deux petites têtes se situent à droite du porche de l’Hôtel de Ville. C’était une ancienne fontaine, le tuyau de celle-ci sortait de leur bouche.

Mons

Campanile de Mons1Campanile :

Le campanile en fer forgé est l’œuvre du Maître Forgeron Bonfante de Castellane. Il date de 1835. Les cloches sont au nombre de 3 : Vénus de 1488, Marie Anne Salveterre de 1501 et Musane de 1535. Elles comptent parmi les plus anciennes du Var.

Montauroux

1Campanile :

Le toit à la marseillaise de l’hôtel de ville est coiffé d’un campanile ainsi que d’une horloge apposée sur la façade. Chaque heure qui sonne rappelle à tous les montaurousiens que Louis-Maurice Fabre fut un de leur bienfaiteur car il donna ordre dans son testament d’acheter une horloge pour une somme de 1000 francs en 1870.

Linteaux de porte2Les linteaux de portes :

De nombreux linteaux et clefs de voûte, sculptés ou gravés, ornent et embellissent les portes des ruelles de Montauroux, véritables signatures des francs-maçons ayant officié sur la commune et désireux de laisser leur empreinte à travers le temps.

3La Fête de Saint Barthélémy :

Chaque année, pour le 24 août les montaurousiens brûlent l’effigie du Duc d’Epernon sur la place du village de Montauroux, parce qu’il les avait trahis. Les gascons et leur chef étaient devenus pour eux pires que les savoyards. Ils n’ont jamais admis que des étrangers viennent leur faire subir leur loi.

Saint-Paul-en-Forêt

Campanile de St paul en Forêt1Campanile et Horloge :

Le 15 mai 1826, le maire, M. de Queilar, « exposa au conseil la nécessité qu’il y aurait qu’il fût établi dans l’enceinte de la commune une horloge publique qui sonnerait d’une manière positive le nombre d’heures que le journalier doit à celui qui le loue moyennant salaire et par-là, mettre un terme aux diverses altercations qui s’élèvent entre l’homme de peine et le propriétaire qui l’emploie à son travail. M. le Maire a également fait sentir la difficulté qu’il a souvent rencontrée pour mettre en vigueur des moyens répressifs contre les cabaretiers qui donnaient à boire pendant la nuit, attendu que les délinquants se targuaient de ce qu’ils ne savaient pas qu’il fût si tard, ignorant l’heure qu’il était, tandis que si une horloge publique eût existé cette excuse n’aurait pas été reçue ». L’horloge fut achetée à un certain Hilarion Boyer, de Mouriès (Basses-Alpes), au prix de 833 francs. Elle fut posée sur le clocher de l’église.

Le campanile quant à lui trône sur le sommet du clocher de l’église, l’embase est cubique et les quatre points cardinaux sont marqués par des boules terminales.

Seillans

Campanile de Seillans

Campanile de Seillans1Campanile :
Placé au sommet d’une des tours de l’Eglise Saint Léger, son embase cubique est simple mais son couronnement en bulbes foisonne de volutes donnant à l’édifice une impression de légèreté. Une flèche dressée vers le ciel et ornée d’un drapeau termine l’ensemble.

2Le Dragon d’Ivanoff :

Sculpture de l’artiste Yvan Ivanoff. Il vécut à Seillans, à la forge de la Grand’Rue et put y développer ses nombreux talents : sculpteur, peintre, inventeur, musicien.

Tanneron

1Le Barrage de Saint Cassien :

En 1962, la société EDF commence l’énorme chantier du barrage de Saint Cassien à la suite, 3 ans plus tôt, de la rupture du barrage de Malpasset (sur la commune de Fréjus). Cette construction, sur le Biançon, de 66 mètres de haut et 210 mètres de long, retient 60 millions de m3 d’eau.

Les vocations premières du barrage sont la production d’énergie électrique et l’alimentation en eau du Var et de l’ouest des Alpes maritimes ; le plan d’eau ainsi constitué se situe sur 4 communes ; trois du Pays de Fayence : Callian, Montauroux, Tanneron et les Adrets de l’Estérel.

En savoir plus ?

2Le Mimosa :

Légumineuse appartenant à la famille des acacias. Le mimosa est arrivé pour la première fois en France, au milieu du XIXe siècle, importé par des horticulteurs cannois. Ces derniers l’avaient découvert en Australie, pays endémique du mimosa, qui en possède quelques 700 espèces. L’essentiel de la production varoise vient du village de Tanneron, terre de mimosa. De Décembre à février, période de la floraison, les collines du Massif du Tanneron se parent de petites perles jaunes scintillantes et très odorantes.

En savoir plus ?

Tourrettes

1Le bas-relief Maya :

Le bâtiment de l’ancienne mairie s’orne d’un bas-relief maya, apposé à la mémoire de Joseph Marius Alexis Aubin (1802-1891), né à Tourrettes, par monsieur André Demichelis alors Maire de la commune. Professeur à l’Université de Paris, précurseur de l’archéologie au Mexique, américaniste et paléographe, membre de la mission scientifique au Mexique sous Napoléon III, il collectionna les « codex » mexicains, alimentant un fonds dont les éléments dispersés après sa mort sont conservés entre autres à la bibliothèque Nationale de France, au Musée du Quai Branly et à la Bibliothèque de Munich.

top
Une destination du Pôle Touristique Estérel Côte d'Azur
Communauté de Communes Pays de Fayence